La bisbille se poursuit au conseil municipal de Longueuil

Texte et photo : Pierre Turbis

Au lendemain de la séance du conseil de ville Longueuil du 23 janvier 2018, les deux partis se blâmaient pour la bisbille qui se poursuit à l’hôtel de ville. Empêtré dans un dialogue stérile qui se sera poursuivi pendant plus de 4 heures, le conseil a offert un triste spectacle, chacun accusant l’autre de mauvaise foi.

Démontrant combien le pouvoir repose entre les mains de la majorité, sans égard au choix de la population pour le poste de mairesse, on a passé un temps fou à choisir un président d’assemblée. C’est finalement Tommy Théberge, du parti de la mairesse, plutôt que Michel Lanctôt, choix proposé par l’opposition qui s’est finalement vu confié l’arbitrage et l’interprétation des très nombreux désaccords entre les deux formations politiques.

Une fois de plus, la mairesse a demandé à l’opposition de respecter le résultat de l’élection du 5 novembre 2017, qui portait Sylvie Parent à la mairie. D’autre part, cette dernière et les membres de son équipe ont dit reconnaître leur statut de minoritaire au conseil municipal.

Il en résulte un conseil paralysé où personne n’exerce vraiment le pouvoir. Des deux côtés, on invoque les procédures pour tenter de tirer profit de chacune des situations. Sans pouvoir en dégager de gagnants, il est clair que l’élection a fait deux perdants : la population et, ultimement, la démocratie.

À moins d’un geste de bonne volonté qui serait assez surprenant, le souque à la corde se poursuivra très longtemps. Un état de fait demeure : Longueuil a une mairesse… minoritaire dont l’opposition a les outils nécessaires afin de poursuivre son blocage systématique…

Laisser un commentaire

You must be logged in to post a comment.