L’École du Relais : Un projet de sensibilisation et d’engagement social chez nos jeunes

Texte : Société canadienne du cancer -Photo: Steve Madden

L’École du Relais pour la vie est un projet de la Société canadienne du cancer (SCC) initié par le bureau de la Rive-Sud de Montréal, avec la participation de l’école primaire Guillaume-Vignal de Brossard. Inspiré du Relais pour la vie, célèbre marche nocturne de douze heures permettant de célébrer, de rendre hommage et de lutter contre le cancer, l’École du Relais pour la vie est un projet qui permet aux jeunes âgés entre 3 et 12 ans de vivre une première expérience de Relais à leur image.

En effet, le projet pilote a été pensé pour être à l’échelle de l’âge de ses participants. La journée même du Relais pour la vie, nos petits marcheurs de l’École du Relais ont devant eux une programmation personnalisée durant deux heures. Pendant cette période, une animation destinée aux enfants bat son plein. Dès 17h, les jeunes marcheurs vivent leur premier tour de piste réservé aux survivants, mettant en vedette des survivants du cancer de leur âge, voir de leur classe.

«C’est un moment très touchant de l’événement, puisque pour les élèves de l’école qui participent à l’École du Relais, c’est souvent un de leur partenaire de classe qui marche à titre de survivant. Les jeunes réalisent alors la portée de ce qu’ils font pour la cause, puisqu’ils démontrent leur soutien à l’un de leurs amis pour l’aider à passer au travers de cette épreuve», explique Gaëlle Drouin, agente de développement à la SCC. Marie-Josée Doire, enseignante et co-responsable du projet de l’École du Relais à l’école Guillaume-Vignal depuis 6 ans, va dans le même sens. «Participer au Relais avec les élèves chaque année est ma façon d’agir contre cette maladie et de sensibiliser les jeunes sur leur pouvoir de s’unir contre le cancer. Nous travaillons sur un but commun et c’est beau de voir dans leurs yeux à quel point ils sont heureux de contribuer à la recherche contre le cancer», affirme-t-elle.

Elles sont 6 enseignantes à coordonner leur grande équipe de 100 petits marcheurs. Elles peuvent également compter sur le soutien des membres de la direction et des parents des élèves qui s’unissent pour la cause.

Cette année, les enseignantes souhaitent plus que tout voir d’autres écoles, garderies et CPE emboîter le pas. Au fils des ans, elles constatent les effets positifs de ce projet au sein de leur établissement. «Se rallier à une équipe, d’avoir un effet de groupe. De sensibiliser les enfants sur la fragilité et la beauté de la vie. De réaliser que des petites implications peuvent faire une différence» sont des éléments qui font en sorte que l’école primaire Guillaume-Vignal revient année après année, explique l’enseignante Mélanie Lessard.

Déjà, le Relais pour la vie de Longueuil et les 4 autres Relais pour la vie de la Rive-Sud préparent l’arrivée potentielle d’écoles voulant intégrer un volet d’engagement social et de saines habitudes de vie à leurs activités scolaires. La mobilisation des jeunes à l’égard du projet est frappante, alors qu’ils participent ardemment à l’organisation et la tenue des levées de fonds de l’école. «Avoir la chance de voir ces jeunes en action, c’est constater une nouvelle génération citoyens impliqués et conscientisés à l’importance de tout mettre en place pour demeurer en santé», conclue l’agente de développement, impressionnée par l’engagement des élèves.

Laisser un commentaire

You must be logged in to post a comment.