Quillethon du Conseil canadien des aveugles de Longueuil (CCAL) – Pour le CCAL chaque dollar compte

Texte et photo : Katina Diep

La 12e édition du Quillethon, au profit du Conseil canadien des aveugles de Longueuil (CCAL) a rapporté plus de 4000 $

Comme président du regroupement, Martin Morin, ne se fixe pas d’objectif précis, il estime que chaque levée de fonds est un succès : «…j’y vais en fonction de ce que je reçois. Juste d’avoir un dollar, c’est déjà beaucoup », a-t-il confié à Point Sud, lors de l’événement du 11 mars.

Ayant perdu la vue dans la vingtaine, M. Morin consacre la majeure partie de son temps, à la défense des droits des membres du regroupement. De plus, il participera activement à l’organisation du quilleton. Son travail assidu en a vaudra la peine, car il obtiendra la contribution d’une trentaine de commanditaires, dont plusieurs commerces de l’agglomération de Longueuil.

L’argent amassé, sert entre autres, à défrayer les coûts de transport, dépense considérable pour l’organisme. Par exemple, pour une sortie dans la région des Laurentides, les membres doivent s’y rendre en autobus scolaire. Les frais de location du véhicule sont de 1500 $, pour trois voyages durant l’année.

Des activités pour tous

M. Morin apprécie grandement le soutien de sa conjointe Josée Blanchette, qui elle, est une personne voyante : « Tous les jours elle donne son temps, elle donne ses yeux, son amour… », dit-il reconnaissant.

Comme le couple se fréquente depuis 18 ans, Mme Blanchette connaît le genre de sortie qui convient à tous. Le but est d’utiliser ses autres sens : « L’été passé, nous sommes allés à la Fromagerie Saint-Guillaume, où les gens pouvaient toucher, faire leur propre meule de fromage. L’activité est faite pour que les personnes non-voyantes, aient le plus de plaisir possible », a-t-elle décrit.

Longueuil appuie l’organisme

Étant donné son statut, le CCAL bénéficie d’un tarif moindre, pour la location de salles dans les édifices de la Ville de Longueuil, notamment pour la tenue des rencontres. La municipalité défraie également le coût d’impression, du bulletin d’informations des membres, lequel est adapté en langage braille.

Le CCAL existe depuis 1959. Sa mission est de favoriser une meilleure qualité de vie, aux personnes ayant une déficience visuelle. L’organisme compte aujourd’hui une centaine de membres. Son conseil d’administration est composé de cinq personnes, dont trois personnes non-voyantes.

Laisser un commentaire

You must be logged in to post a comment.