Une coalition multipartite d’élus veut faire de l’agglomération de Longueuil la capitale nord-américaine du transport électrique

Texte et photo : Pierre Turbis

Face à la menace constituée par les changements climatiques, un groupe de députés provinciaux et fédéraux ont présenté, le 27 janvier, une démarche visant à faire de l’agglomération de Longueuil la capitale du transport électrique en Amérique du Nord. Initié par Pierre Nantel, député néo-démocrate de Longueuil-Saint-Hubert, ce regroupement souhaite attirer des investissements qui permettront de consolider ce secteur économique, déjà fortement actif à Longueuil.

C’est dans un esprit de collaboration très rafraîchissant et dépassant les lignes de parti que cette coalition entend travailler à développer l’électrification des transports. Outre monsieur Nantel, la coalition regroupe à ce jour les députées péquistes Martine Ouellet, Diane Lamarre et Catherine Fournier, la députée caquiste Natahalie Roy ainsi que le député bloquiste Xavier Barsalou Duval, qui étaient présents ou représentés au point de presse. En signe d’appui à la création de ce groupe, les maires Martin Murray, de Saint-Bruno, et Jean Martel, de Boucherville, et le maire suppléant de Saint-Lambert, Hughes Létourneau, étaient également présents. On aura remarqué l’absence de représentants des villes de Brossard et de Longueuil.

Pour Martine Vachon, les portes de la coalition sont grandes ouvertes pour celles et ceux qui souhaiteraient s’y joindre en cours de route, et il est possible que d’autres membres s’y joignent sous peu. Une porte-parole de la Ville de Longueuil nous a par ailleurs confirmé que s’il est trop tôt pour appuyer publiquement la coalition, on voit d’un bon œil les objectifs de ce regroupement et il n’est pas impossible que l’on s’y joigne bientôt.

Pour la députée péquiste de Vachon, Martine Ouellet, la force de cette démarche est qu’elle se situe au-delà des lignes partisanes. « L’électrification, c’est l’avenir et c’est l’affaire de tout le monde. Nous pouvons d’ailleurs être fiers des étapes déjà franchies chez nous dans ce domaine. Avec des entreprises comme TM4, Blue Solutions, le Groupe Bolloré, Bathium et l’Institut en recherche en électricité d’Hydro-Québec, sans oublier les universités situées sur notre territoire, nous sommes très favorablement positionnés pour mener ce projet à terme. »

Diane Lamarre s’est dite elle aussi très enthousiasmée par la démarche proposée. « Nous demandons aujourd’hui à la population de nous manifester son appui en signant notre pétition destinée tant à Ottawa qu’à Québec. Disponible à nos bureaux de comté ou encore en ligne sur les sites Internet de chacun de nous. Nous sommes convaincus que le public souhaite que l’expertise en électrification des transports soit développée. Nous lui offrons la possibilité de faire entendre sa voix. »

Laisser un commentaire

You must be logged in to post a comment.