Hommage à une femme altruiste et courageuse – Gisèle Auprix-St-Germain

Texte et photo : Pierre Turbis

Le 6 juin dernier, plusieurs élus et dignitaires se sont rassemblés à la Maison Gisèle Auprix-St-Germain, située dans le Vieux-Longueuil, pour rendre hommage à celle qui a été l’âme de ce Centre communautaire, à un point tel qu’on lui a donné son nom. Nous rappelons qu’elle nous a quittés le 1er mars dernier.

À l’image de madame Auprix-St-Germain, cette rencontre a été simple, festive et touchante. On a commencé par une prestation de la chorale de la Maison, dont les membres ont interprété deux des chansons préférées de l’héroïne du jour : La dame en bleu, de Michel Louvain, ainsi que Imagine, de John Lennon.

Par la suite, France Dubé, présidente de l’arrondissement du Vieux-Longueuil, a eu ces belles paroles à l’endroit de madame Auprix-St-Germain. « Je suis heureuse de souligner combien elle a été un apport immense pour Longueuil et la Rive-Sud. Fondatrice en 1976 de l’Association de la sclérose en plaques de la Rive-Sud, une maladie dont elle était elle-même atteinte, elle s’est toujours dévouée pour les autres. »

Pour sa part, la députée de Taillon, Diane Lamarre, a raconté à quel point elle se sent privilégiée d’avoir pu la côtoyer. « Elle était un exemple de courage et de volonté. Elle a mis ses énergies au service des plus démunis. J’ai pour elle beaucoup d’admiration et d’affection. »

Le député de Marie-Victorin, Bernard Drainville, a parlé d’une femme qui mettait la dignité humaine au cœur de toutes ses actions.

Madame Andrée Ouellette, directrice générale de la Maison, a raconté le parcours incroyable de madame Auprix-St-Germain : « Il était une fois une jeune femme, Gisèle. Infirmière de profession, sa vie est bouleversée par une atteinte neurologique, la sclérose en plaques. C’est à travers beaucoup de traitements de réadaptation et une phase de rémission qu’elle créera une oeuvre à volets multiples. Elle se pose souvent la question Pourquoi moi? Elle en arrivera à la conclusion qu’elle doit faire quelque chose! Elle élabore des projets dont on connaît la suite… Il fallait que l’hommage lui soit rendu ici, dans ce Foyer. et le mémorial en son honneur se devait d’être à l’intérieur de nos murs. Le fil n’est pas coupé, elle demeure tout près de nous. Merci Gisèle de nous avoir légué cette œuvre empreinte de compassion et d’amour pour les autres. Repose-toi, c’est bien mérité. »

Laisser un commentaire

You must be logged in to post a comment.