Le dernier avertissement

Texte : Yvan Parent, chroniqueur, avec la collaboration de Diane Abel.

Les nuits sont longues ces temps-ci, car le sommeil ne vient pas. La respiration est difficile et Diane s’enfonce de plus en plus dans la maladie. Cette nouvelle bronchite n’a rien pour la rassurer. Son conjoint à la voix d’or a beau lui chantonner à l’oreille des airs connus dont sa préférée « Diana » rien n’y fait et la mélancolie s’incruste de plus en plus et lui apporte beaucoup de tristesse. Cette femme si intense d’habitude est en proie au découragement.

Elle quitte le lit, se rend à la cuisine préparer le café et s’allumer une cigarette de celle qu’on identifie du nom de « cigarette indienne ». Fumer lui fait du bien, dit-elle, mais par contre la mauvaise toux augmente et ne cesse de l’accabler ces jours-ci. Son conjoint l’a quelque peu rassurée  en lui promettant qu’ils iront à la clinique consulter le bon docteur L***.

Comme si la maladie n’était pas assez embarrassante, la douce chanson du vent qui transporte habituellement le bruissement des feuilles siffle de plus en plus fort à la fenêtre en cette fin de nuit. De bourrasque en bourrasque, il fait craquer les murs de la maison  ce qui augmente l’angoisse déjà très présente chez cette femme déjà démunie et tellement fatiguée. La difficile respiration, la noirceur, le vent agressif venant du nord crée dans cette maison un état qui plonge cette bronchitique dans la peur. Incapable d’arrêter cette crise de larmes qui s’est emparée d’elle, elle s’affaiblit de plus en plus.

Partis de la ville de Senterre située dans la MRC de La Vallée-de-l’Or en Abitibi-Témiscamingue avec sa population d’environ 3 000 habitants, elle et son conjoint s’installent dans la ville de Longueuil en entrevoyant une vie de rêve en famille sans penser aux épreuves qui se présenteront sur leur chemin de vie. Au début d’une relation, l’optimisme est de rigueur. L’accident de son conjoint déclaré invalide attriste ce couple qui vivait des jours heureux, mais les rapproche comme jamais auparavant. Ce couple soudé face aux difficultés leur permet de vivre intensément cette vie. Ils l’apprécient malgré les embûches qui s’empilent dans leur existence. Ils continuent à avancer sur ce chemin qui les dirige vers la réalisation de leur destin.

Arrivée à la clinique, la chance la favorise, car le bon docteur L*** assume l’urgence. Par le passé, ils se sont rendus dans d’autres cliniques pour se faire dire de prendre une pompe. Diane en a déjà quelques-unes à la maison sans grands résultats. Souvent par le passé, elle revient déçue de sa consultation. Cette femme sensible n’accepte pas le traitement impersonnel si répandu dans ces cliniques. Elle a besoin d’un contact chaleureux avec le médecin.

Le bon docteur la reconnaît immédiatement et Diane se sent rassurée. Après avoir entendu la version de Diane, le médecin lui dit que si ça continue comme ça Diane, vous vous approchez rapidement d’une fin de vie. Le bon Dr L*** lui demande si elle n’aurait pas une solution à son problème. Il attend. Il attend encore… et voilà que Diane prend la parole. Il faut que j’arrête de fumer. Le Dr lui sourit. Et  fais un signe de la tête qu’il est d’accord avec elle.

Le bon docteur ne se contente pas du désir de Diane d’arrêter de fumer. Il s’approche d’elle, lui met la main sur le genou et demande à Diane de le regarder dans les yeux et de lui promettre de cesser de fumer. Le conjoint de Diane doute de sa promesse au bon Dr, mais celui-ci, croît plutôt en elle et il est certain qu’elle arrêtera.

Effectivement depuis six mois, Diane ne fume plus et ce qu’elle ne croyait pas pouvoir réussir, elle y est parvenue nous dit-elle grâce à la confiance que lui a communiquée le bon Dr. Elle ne veut pas recommencer à fumer, car elle sait qu’elle décevrait le bon Dr et ne serait plus capable de se présenter à lui.

C’est lors d’une conversation impromptue au déjeuner du dimanche dans le restaurant administré par les sœurs Carole et Ginette que Diane raconte sa réussite. Elle est tellement contente d’elle. Elle a travaillé fort pour atteindre son objectif. C’est un triomphe qu’elle n’aurait jamais cru possible. Elle se sent maintenant confiante et importante.

Tous les fumeurs  aimeraient arrêter de fumer. Pour certains, cela semble plus facile que pour d’autres et les dames semblent avoir plus de difficulté à se passer de la cigarette. Mais si Diane y est parvenue, tous peuvent réussir. Ils n’ont qu’à rejoindre le bon docteur L***, ou un autre bon Dr, car il n’en a pas qu’un seul. Il faut chercher à en trouver un et en plus d’y ajouter un peu de bonne volonté et… bon courage et bonne chance!

Avec la collaboration de Diane Abel
Mgrparent@hotmail.com

Laisser un commentaire

You must be logged in to post a comment.