Chroniqueur invitéEnvironnement

L’AGECEM en lutte à l’oléoduc du projet Énergie-Est de l’entreprise Transcanada !

Texte : Déric Noël-Lagacé, responsable aux affaires sociopolitiques AGECEM www.agecem.org

Dans le cadre de la séance du Bureau d’audience publique sur l’environnement (BAPE) sur le projet Énergie-Est de l’entreprise Transcanada, l’association générale étudiante du Cégep Édouard-Montpetit (AGECEM) a organisé un transport en direction de Lévis, là où avait lieu cette instance mercredi 16 mars 2016. Des étudiants impliqués dans le comité environnementale, d’autres personnes ayant été intéressées par une conférence ayant été présentée auparavant dans la session, ainsi que des citoyens et citoyens intéressés par cette consultation ont embarqué avec nous dans le bus.

Nous avons donc dans cette instance posé plusieurs questions et à notre grand malheur, toutefois sans être surpris, l’entreprise a usé de son jargon politique pour laisser l’auditoire, ainsi que les commissaires dans un flou total et qui nous fait découvrir à tous la mauvaise foi de Transcanada. Je dois admettre que notre ministère de l’environnement du Canada semble être plus près de l’économie que d’une quelconque branche de défense de notre environnement. Les commissaires ont pour leur part, démontré une grande ouverture et ont même fait preuve d’une belle impartialité tout au long de cette instance, cela n’empêche que ce projet méritait à lui seul un BAPE spécifique. Nous retournons donc à notre cégep avec des avis, des réponses et des gens prêts à dire non à ce projet ! Une pétition est lancée et notre campagne peut commencer pour informer les étudiants de ce qui se trame au sujet de cet oléoduc.

Il m’est impossible de seulement vous informer sur notre expérience et ce que nous allons en faire au sein de notre association étudiante, sans élaborer un peu sur ce sujet d’actualité. Avec l’accélération du réchauffement climatique, la transition énergétique est urgente.

L’oléoduc Énergie Est n’a pour objectif qu’essentiellement exporter le pétrole. Il encouragerait l’expansion de l’industrie des sables bitumineux qui se trouve être le pétrole le plus polluant avec par exemple, trois barils d’eau pour un seul baril de pétrole. Il transporterait 1.1 million de barils de pétrole par jour, traversant plus de 600 cours d’eau. Un déversement pourrait contaminer les sources d’eau potable de millions de québécois, le fleuve Saint-Laurent, des terres agricoles et des milieux naturels précieux. Sans compter que nous nous sommes fixés des objectifs de réductions des gaz à effet de serre (GES) dernièrement à la COP21 et que ce projet n’irait absolument pas dans ce sens. Au moment où la communauté scientifique, les citoyens, des élus et des réfugiés sont en alerte au sujet du réchauffement climatique il n’est absolument pas le temps d’encourager tout projet n’optant pas pour la transition énergétique. Levons-nous tous à l’embargo de tels projets et faisons nous comprendre que dès maintenant nous prenons les choses en main et qu’il est assez de détruire, maintenant construisons.

J’ai 19 ans, je suis étudiant et je m’engage à lutter pour que la prochaine génération n’habite pas une planète ravagée où il ne fait plus bon de vivre. Nous nous retrouvons aujourd’hui pris avec les erreurs du passé, mais aussi les avancés du présent, alors optons pour une stratégie responsable et donc vers la transition énergétique.

Je vous encourage à déposer un commentaire sur le site du BAPE pour que nos commissaire reçoivent votre avis sur ce projet Oléoduc Énergie-Est, car croyez moi, chaque action compte.

Voici le site web pour émettre un commentaire, suivit du lien internet pour visionner les séances du BAPE :
http://www.bape.gouv.qc.ca

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer