La lutte contre la carie dentaire n’est pas gagnée en Montérégie

Texte et photos : CISSS de la Montérégie-Centre

À l’approche du mois de la santé dentaire, qui se tient en avril, la Direction de santé publique de la Montérégie publiait récemment les faits saillants d’une étude menée sur la santé buccodentaire des élèves du primaire de notre région.

L’étude a démontré qu’au cours des trente dernières années, la santé des dents des élèves de la 2e année du primaire s’est peu améliorée, alors que celle des dents permanentes des élèves de 6e année a connu des progrès.

Comment expliquer ces tendances?

La différence entre le niveau de santé dentaire des jeunes de la 2e année et celle des jeunes de 6e année pourrait notamment s’expliquer par l’offre de services d’application de scellants dentaires sur les dents permanentes. Visant à protéger contre la carie, le scellant dentaire est une mince couche de plastique empêchant les débris qui la causent de s’accumuler sur les surfaces inégales de la dent. La présence de dents scellées en 6e année est beaucoup plus importante qu’en 2e année.

En 2005, le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) s’est doté d’un programme public de scellants dentaires offerts gratuitement en milieu scolaire aux élèves les plus à risque d’être affectés par la carie. En Montérégie, de plus en plus d’enfants bénéficient de ce service. En 2014-2015, ce sont plus de 2 600 élèves qui s’en sont prévalus.

Qu’en est-il de la qualité de l’hygiène buccodentaire?

D’autre part, seulement 38 % des élèves 2e année et 26 % des jeunes de 6e année ont des gencives saines en Montérégie. Ces résultats sont meilleurs que ceux observés au Québec (29 % en 2e année et 20 % en 6e année).

Les données de l’étude témoignent de l’importance de renforcer la prévention en matière de santé buccodentaire en Montérégie. Afin de conserver les acquis et continuer à progresser, les parents tout comme l’école et la communauté doivent renforcer les interventions reconnues efficaces. Ces dernières visent notamment :
o l’exposition optimale au fluorure (fluoration de l’eau, dentifrices fluorés, application professionnelle de fluorure, suppléments fluorés, etc.);
o la réduction de la consommation des sucres dans les aliments et les boissons;
o l’application de scellant dentaire sur les dents permanentes;
o la promotion de bonnes habitudes d’hygiène buccodentaire à la maison;
o la mise en application du brossage de dents dans les services de garde à l’enfance ainsi que dans les écoles primaires et secondaires.

Laisser un commentaire

You must be logged in to post a comment.