La Conquête

Texte : Par Wissal Rafia, Merveille-Ngoya Kazadi-Kabengele, Assia Touag.

La guerre de la Conquête, c’est l’affrontement final entre la Grande-Bretagne et la France pour le contrôle de l’Amérique du Nord. Elle commence en 1754, soit deux ans avant le déclenchement de la guerre de Sept ans, et se termine en 1760.

Chroniques – Patrimoine Montérégien
Textes des jeunes de l’école St-Jean-Baptiste
Projet rendu possible grâce à une entente pilote de partenariat entre la CRÉ de l’agglomération de Longueuil, la Commission scolaire Marie-Victorin et le Conseil montérégien de la culture et des communications, pour favoriser la collaboration entre les milieux jeunesse, de la culture et de l’éducation sur le territoire de l’agglomération de Longueuil

L’une des principales raisons de la guerre est effectivement de prendre le territoire de la Nouvelle-France pour établir leurs colons dans la vallée du St-Laurent pour ses terres fertiles, notamment celles situées sur le territoire actuel de Longueuil.

Contrairement à la Grande-Bretagne, la Nouvelle-France est très faible, tant au niveau militaire que démographique. Aussi, le roi de France, Louis XV, n’a aucun intérêt pour sa colonie, d’autant plus qu’il a les bras chargés par les premiers signes d’une Révolution. La Nouvelle-France représente plutôt une dépense pour la France par rapport à ce qu’elle lui rapporte. Quant à la Grande-Bretagne, elle tient à ses colonies pour assurer sa domination sur les territoires. À l’inverse de la France, la Grande-Bretagne possède peu de territoires mais a une forte population.

Vers 1754, la première attaque des Anglais a été lancée dans la vallée de l’Ohio. Un an plus tard, les Britanniques déportent les Acadiens, qui vivaient dans l’Est du Canada actuel, car ils craignent que ceux-ci se mettent du côté des Français pendant la guerre.

L’une des plus importantes batailles de la Nouvelle-France fut en 1759. Il s’agit de celle des plaines d’Abraham, qui opposait les Français, menés par Louis-Joseph Marquis de Montcalm, défendant la ville contre les Britanniques, dirigés par James Wolfe. Celle-ci visait le contrôle de la capitale de la Nouvelle-France. La défaite des Français mettait fin à la guerre de Sept Ans.

Une autre guerre eut lieu en 1760 sur le chemin de Sainte-Foy, près de Québec et opposait l’armée française, dirigée par François de Lévis, à l’armée britannique, dirigée par le colonel James Murray. Puisque la ville de Québec était désormais  contrôlée par l’armée britannique, Lévis tenta de la reprendre par la force. Malheureusement, Lévis perdit et capitula. C’est ce qui marqua la chute définitive de la Nouvelle-France.

Finalement, en vertu du traité de Paris signé en 1763, la France cède tout le Canada à la Grande-Bretagne mettant ainsi fin au régime français.

Laisser un commentaire

You must be logged in to post a comment.