Des soeurs chantantes contre l’austérité libérale et à la défense du réseau Québécois de services de garde

La bataille pour la défense des services de garde éducatifs doit se poursuivre. C’est le message que livrent les Nonnes militantes de la Montérégie dans une tournée chantante.

Elles participent à une campagne régionale d’information et de sensibilisation auprès des parents et de la population sous le thème Un réseau qui fait grandir! À l’instar d’autres régions, elles veulent obliger le gouvernement Couillard à cesser ses attaques contre les services de garde et, notamment, à réinvestir pour en assurer la qualité. Elles invitent à signer des cartes postales destinées au gouvernement libéral en appui à leur mouvement.

Un retour dans le temps de cinquante ans

« Depuis des années, le réseau des services de garde éducatifs à 5 $, puis à 7 $, est mis à rude épreuve, explique France Laniel, présidente du Syndicat des travailleuses et travailleurs en petite enfance de la Montérégie – CSN, et porte-parole des Nonnes militantes. C’est encore plus vrai aujourd’hui, en raison des politiques d’austérité du gouvernement libéral alors qu’il a imposé, sans débat, des hausses tarifaires sans précédent, mettant en cause l’universalité et l’accessibilité aux services de garde si chèrement acquises au Québec. Ce qu’il nous propose, c’est un retour incroyable dans le temps, au temps où les religieuses s’occupaient des enfants. »

D’où l’idée des travailleuses en CPE de se déguiser en soeurs et transmettre par le chant leur message de désaccord avec des politiques qui ont durement touché les travailleuses en CPE.

Des compressions sans précédent

« Ce n’est pas l’entente intervenue récemment avec les associations de CPE et de garderies privées sur les compressions budgétaires et la refonte du financement des services de garde qui vont changer les choses, affirme Nancy Rodier, vice-présidente du Syndicat des travailleuses et travailleurs en petite enfance de la Montérégie-CSN et nouvelle directrice de chorale. Ce sont les parents et leurs enfants, ainsi que les travailleuses et travailleurs qui vont encore en payer le prix, notamment en raison des impacts sur la qualité des services. Sans oublier que les dernières coupes de budgets ont eu des effets dramatiques sur les conditions de travail des éducatrices. On ne compte plus le nombre de CPE où les éducatrices ont accepté de revoir leur convention collective pour arriver à boucler les budgets des établissements. Imaginez s’ils imposent une nouvelle coupe de 120 millions. »

C’est pourquoi la campagne UN RÉSEAU QUI FAIT GRANDIR vise autant les travailleuses en CPE, que les ressources en milieu familial (RSG) ou encore les services en milieu scolaire. Tous ces services sont touchés par les mesures d’austérité. Ainsi, en CPE : diminution des heures consacrées à l’alimentation, à la désinfection et à l’entretien sanitaire, à l’accompagnement des enfants aux besoins spécifiques ainsi que non-remplacement du personnel. En milieu familial reconnu : baisse des ressources dédiées à l’aide pédagogique et à l’aide aux enfants ayant des besoins spécifiques. En milieu scolaire : réductions des achats de matériel ainsi que du temps de planification et de préparation au détriment de la diversité des activités offertes aux enfants.

Les Nonnes militantes apportent donc leur appui à la campagne UN RÉSEAU QUI FAIT GRANDIR. « Ce gouvernement a des comptes à rendre. Nous allons nous battre pour que soient rétablis les principes d’équité qui ont été à la base des services de garde éducatifs à contribution réduite Il faut restaurer une tarification unique, universelle et accessible pour tous, et mettre fin aux compressions totalement injustifiées, conclut France Laniel. Nous invitons la population qui est en accord avec ces revendications à signer des cartes postales qui seront remises au gouvernement avant l’adoption du prochain budget. Les cartes sont disponibles auprès des travailleuses de nos CPE ».

 

 

Laisser un commentaire

You must be logged in to post a comment.