Changer le monde par le théâtre

Texte : Pierre Turbis – Photo : CMCC
Depuis toujours, Andréanne Théberge rêve de contribuer à changer le monde à l’aide du théâtre. Grâce à une bourse obtenue dans le cadre du Programme pour les arts et les lettres de la Montérégie – agglomération de Longueuil, on lui a donné l’occasion de combiner ses deux passions.

Âgée de 24 ans, elle a eu l’opportunité d’écrire un monologue destiné aux étudiants du secondaire portant sur les dangers de l’alcool au volant. S’inspirant d’un fait divers, elle se place dans la peau d’une jeune femme de 20 ans dont l’amoureux a été gravement blessé dans un accident de voiture. Après avoir abusé de l’alcool, il a quand même pris le volant…

Maintenant quadraplégique, il est également responsable de la mort de ses deux passagers. Comment comprendre l’incompréhensible? Comment pardonner l’impardonnable? Le monologue incite à la réflexion et à l’action.

La jeune dramaturge est bien consciente du piège tendu face à elle… Comment résister à la tentation de faire la morale aux étudiants? « Les adolescents sont tous convaincus qu’ils sont invincibles, voire immortels. La dernière chose qu’ils souhaitent est que quelqu’un leur dise que ce n’est pas le cas. La dernière chose que je veux faire est d’éclater leur balloune en leur démontrant qu’ils ne le sont pas… Pourtant, ils doivent saisir que le fait d’être jeune ne leur donne pas le droit de mettre leur vie et celle des autres en danger. Le théâtre est une arme de persuasion très puissante. Je voudrais qu’ils repensent à mon personnage quand l’envie leur prendra de conduire après avoir bu… »

Pour ce projet, intitulé Igloo, Andréanne a travaillé en partenariat avec François Lavallée, conseiller dramatique et metteur en scène.

Un défi à relever

Maintenant que le travail de préparation est pratiquement complété, la jeune artiste fait face au défi de trouver un endroit où se produire. « Le sens de l’art est de donner du sens à la vie. Je rêve de rencontrer des groupes de jeunes et de leur crier que la vie peut être belle, qu’elle vaut la peine d’être vécue. Dans mon cas, elle serait tellement plus enrichissante si j’avais le privilège de continuer à écrire et à jouer… Je souhaite pouvoir présenter mon travail devant un public de jeunes. Entretemps, je remercie tous ceux qui ont permis à ce jour que le rêve puisse prendre vie…

Laisser un commentaire

You must be logged in to post a comment.